L’outsourcing : le remède contre les hausses d’impôts

Share Button

L’impôt est l’un des points de désaccord sur lesquels chefs d’entreprises et gouvernements éprouvent du mal à s’entendre.

L’intransigeance des gouvernements à ne pas céder face aux demandes de réduction des taux d’imposition revendiquée par les entreprises a poussé ces dernières à chercher les voies et moyens pour se désengager de la lourde charge financière que l’état leur octroyait par le paiement d’impôts trop élevés. C’est ainsi qu’a vu le jour ce que l’on appelle les paradis fiscaux. Un paradis fiscal est généralement un pays qui propose officieusement à des géants de l’industrie, des petites structures ou même à des individus dotés d’un immense empire financier de bénéficier d’un taux d’imposition relativement bas. Cette nouvelle ruse des chefs d’entreprises est fortement combattue par l’appareil étatique qui voie ses recettes fiscales chuter à cause de ce phénomène. Avec l’arrivée de l’outsourcing dans le monde des affaires, les sociétés sont également exemptes de payer des impôts trop élevés, ce qui naturellement représente pour ces structures un énorme gain financier.

En quoi l’Outsourcing s’érige-t-il en un paradis fiscal pour les entreprises ?

L’outsourcing est un système qui a l’avantage de garantir aux sociétés une considérable baisse du taux d’imposition. Concrètement, lorsque par le biais de l’outsourcing une entreprise fait appel à des partenariats extérieurs pour se fournir des prestations, celle-ci abandonne en théorie une partie de ses multiples charges. En contrepartie, l’entreprise bénéficie d’un allègement financier au niveau de la masse salariale, au niveau des charges sociales qu’elle se doit de garantir à ses employés, et par-dessus tout une baisse des charges fiscales qui sont sous sa responsabilité. Les entreprises se contentent uniquement d’acheter une partie de leurs prestations auprès de leurs partenaires en tant que des consommateurs ordinaires. A l’ère de la mondialisation tous les géants de l’industrie procèdent ainsi, en passant par les grands constructeurs automobiles aux géants de l’alimentation qui, pour profiter d’une meilleure tarification en échanges des services qu’elles demandent, font appel à des sociétés où le coup du travail et la fiscalité sont relativement bas.

L’outsourcing est-il en mesure d’éradiquer cette corruption fiscale ?

Les bénéfices liés à l’outsourcing constituent sans aucun doute une épargne financière très importante pour les entreprises. Mais peut-on espérer pour autant la fin des niches fiscales ? La réponse serait de toute évidence non. L’outsourcing est, certes un système très avantageux pour rendre une structure très compétitive, mais elle ne paraît pas assez satisfaisante pour inciter les entreprises à mettre un terme au phénomène du paradis fiscal qui occasionne d’énormes pertes fiscales pour l’état.

Quelle réaction des gouvernements face à l’outsourcing ?

L’allègement des charges des entreprises grâce à l’outsourcing à une incidence directe sur les recettes fiscales des états. Les gouvernements à priori ne disposent pas d’une marge de manœuvre car les entreprises agissent en toute légalité lorsqu’elles sollicitent des prestations extérieures qui lui sont profitables. Mais là où l’état a des raisons de s’inquiéter et doit tirer la sonnette d’alarme, ce sont les suppressions d’emploi que ce système est susceptible de provoquer.

Leave A Comment